top of page
Rechercher

La cérémonie du thé au Japon : entre harmonie et humilité

Dernière mise à jour : 27 janv. 2023


cérémonie du thé

Fondateurs de la maison de thé les “Thés d’Oc” nous avons eu le privilège d’assister à plusieurs cérémonies du thé dites “cha no yu” lors de notre séjour au Japon. Aujourd’hui, nous vous parlons de cette expérience incroyable en vous racontant l’histoire de cette cérémonie extrêmement codifiée qui est certainement l’expression la plus poussée de la “voie du thé”.


Histoire et origine de la voie du thé au Japon


Pour se re-situer dans le contexte qui a vu naître la voie du thé, nommée aussi sādo (ou chado) retournons quelques siècles en arrière, à l’époque des moines bouddhistes, au Japon.

C’est au cours de la seconde moitié du XVème siècle que les règles de la cérémonie du thé apparurent, pour être généralisées au XVIIème par le grand maître de thé Sen no Rikyu. En imposant son style, ses gestes et sa minutie durant les réunions de thé, il a donné naissance à une préparation plus approfondie et plus spirituelle. Plus qu’une cérémonie, c’est une des traditions les plus réputées au monde aujourd’hui.

Le terme de cha no yu (littéralement “eau chaude pour le thé”) était déjà utilisé dès le IXème siècle pour désigner la simple préparation du thé. Il a par la suite été attribué à la véritable cérémonie que l’on connaît aujourd’hui.

Souvent réduite à la simple préparation du thé vert matcha, la voie du thé réunit pourtant bien plus de savoirs et d’arts traditionnels.


Quels sont les arts et traditions qui régissent autour de la cérémonie du thé ?


La préparation du thé matcha étant à première vue la finalité première de la cérémonie, elle n’est en réalité qu’une des nombreuses étapes de la voie du thé, qui comprend bien d’autres savoirs-faire.

La calligraphie, l’art floral, la céramique, l’art du kimono… Toutes ces traditions se réunissent en une seule au cours d’une cérémonie du thé et nécessitent de longues années de formation pour les geishas, maikos et maîtres du thé qui la pratiquent.


meiko cérémonie du thé
Maiko en formation du Quartier de Gion à Kyoto

Pour nous, “simples” occidentaux, la voie du thé est un monde bien à part. Notre rythme de vie en société, nos coutumes et habitudes font qu’il nous est très difficile, voire impossible, de comprendre le sens de cette tradition.


Aussi fascinante soit-elle, c’est avant tout le rythme lent, l’importance et la perfection qui sont attribuées à chaque chose et chaque geste qui finissent souvent par nous déconcerter. Une cérémonie peut, en effet, durer plusieurs longues heures !


C’est pour cette raison que nous n’avons accès qu’à des versions de cha no yu plus réduites. Ceci n’étant pas un mal, entre nous… Car passer 1h à genoux sur un tatami relève déjà d’un effort surhumain ! Éviter une rééducation pour apprendre à marcher n’est pas si rabaissant, après tout… Nous avons eu la chance et le privilège d’assister à une de ces cérémonies “raccourcies” au cours d’un voyage au Japon, pour notre plus grand bonheur. Voici ce à quoi nous avons pu assister :


Notre expérience du chado en vrai !


Une maison de thé traditionnelle


cérémonie du thé

C’est au cœur du petit quartier de Yanaka, réputé comme étant le vieux Tokyo, véritable petit village traditionnel loin de la foule et de son tumulte, que nous avons pu rejoindre Yumi, une meiko d’une profonde humanité. Elle nous a enseigné avec beaucoup de calme et de précision les grandes lignes de l’art de la préparation du matcha.


Après avoir arpenté les ruelles calmes de Yanaka, non loin d’un sanctuaire shintô, entre deux petites boutiques traditionnelles, nous sommes arrivés à l’adresse qui nous avait été donnée.


Loin des maisons de thé bordées d’étendues d’eau, de pas japonais et de jardins zen, cette petite maison de ville aux abords très ordinaires se confondait parfaitement aux autres habitations du village. Yumi nous attendait dans une minuscule entrée, et nous a invités à retirer nos souliers avant de pénétrer dans l’enceinte de la maison de thé meublée de tatamis.


maison de thé japon
Ruelle traditionnelle japonaise

C’est littéralement à quatre pattes que nous sommes entrés dans la première pièce de la maison à travers une minuscule porte, digne d’une chatière. Ayant pour but de sécuriser la maison, la petite taille de la porte permettait en effet de freiner les samouraïs d’entrer avec leurs sabres et autres armes.


Une première pièce à l'entrée, s’apparentant à une cuisine, servait à entreposer toutes les céramiques utilisées pour la préparation du matcha. Yumi nous a expliqué qu’en fonction des jours, mais surtout des saisons, une tasse était attribuée. Certaines n’étaient utilisées qu’une fois par an !


Nous avons pu accéder à la pièce principale, toujours à travers une petite porte. Plus spacieuse que les autres, nous avons pu y découvrir un panneau de calligraphie ainsi qu’une magnifique représentation d’ikebana (art floral). Leur élaboration avait également été influencée par la saison : le printemps à ce moment-là, la plus importante dans le chado.


Quels sont les accessoires traditionnels de la cérémonie du thé au Japon ?


Au centre de la pièce, un “trou” dissimulait un réchaud, sur lequel était entreposée une bouilloire en fonte. À côté, tous les accessoires étaient en place pour commencer la préparation du thé.


La louche en bambou, les bols à matcha (chawan), le fouet (chasen), la cuillère à matcha (chashaku), la boite à thé, mais aussi d’autres récipients pour les eaux de rinçage ainsi que des tissus pour nettoyer et purifier chaque objet.


La voie du thé : une expérience hors du temps !


Yumi nous a fait vivre un moment magique ! Chaque geste était maîtrisé à la perfection. Son kimono, son sourire, sa posture, sa façon de prendre la louche, de la verser lentement dans le bol… Le respect et le temps donnés pour chaque étape, chaque outil utilisé…

Un calme absolu nous entourait, et nous avons pu savourer chaque seconde de cette cérémonie du thé.


Le premier bol m’a été offert avec un respect sans nom. Après avoir admiré sa beauté en le tournant dans mes mains, j’ai pu découvrir le breuvage mousseux d’un vert éclatant. Trois gorgées étaient nécessaires pour déguster le thé. Il était intense, puissant, revigorant !


cérémonie du thé

Yumi a quitté la pièce un instant (le temps d’étendre nos pauvres jambes engourdies) puis est revenue nous offrir la possibilité de préparer nous-mêmes un matcha. Bien entendu, la tasse de thé devait être offerte à notre voisin, ceci étant l’une des finalités de l’art de préparer le thé pour ses convives.


Maladroits, mais concentrés, nous nous sommes sentis très privilégiés !

Nous avons forcément eu l’envie de rapporter un peu de cette expérience avec nous lors de notre retour.


Pour vous permettre de goûter, vous aussi, aux saveurs iodées de ce thé vert, vous pouvez retrouver sur notre site notre matcha en provenance de Kagoshima ainsi que les principaux accessoires nécessaires à la réalisation de la cérémonie du thé :





Sans pour autant aller à l’autre bout du monde pour visiter le Japon, n’hésitez pas à vous renseigner davantage sur le cha no yu! La cérémonie du thé traditionnelle est une expérience qui fait prendre de la hauteur et beaucoup de recul sur les choses. Elle nous aide à profiter de chaque instant, pour voir les choses autrement.


Inspirez, prenez le temps... et savourez !

131 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page